La maison des services  
     Québec France
      
      
   

 L'habitation depuis votre maison !       
Actualité
     

Trucs et astuces maison Trouver un conseil
 Mots clés: 

Le bulletin habitation

Abonnez-vous gratuitement !
     Courriel: 
 
Intérieur  
Extérieur  

En bref
Planchers
Décorateurs
Armoires
Architecture
Ébénistes
Peintres
Planchers Chauffants
schéma des catégories >>










À vos planchers

Archives
  
Le liège, pour son confort d'abord
Par : Nathalie Nolin et André Fauteux,
Magazine La Maison du 21e siècle

  On le connaît déjà pour y avoir enfoncé des punaises, un limonadier ou des fléchettes. Le liège sous forme de babillard, bouchon de bouteille de vin ou jeu de fléchettes nous est familier. Cependant, qui aurait pensé qu’il couvrirait un jour nos planchers ? Très populaire jusqu’en 1950, il revient d’ailleurs en vogue dans les maisons, notamment pour ses nombreuses caractéristiques écologiques.

  Malgré son arrivée assez récente sur le marché des couvre-planchers en Amérique du Nord, le liège est utilisé comme revêtement de sol depuis plusieurs siècles. D’abord en blocs naturels pouvant atteindre jusqu’à un demi-pouce d’épaisseur et posés notamment dans les châteaux d’Europe, puis en tuiles de granules agglomérés à partir de 1891.

  Le liège provient d’une source renouvelable : le chêneliège ayant atteint l’âge mur de 25 ans. Son écorce de deux à trois pouces d’épaisseur s’écaille naturellement tous les neuf ans. Cet arbre, qui pousse principalement au Portugal, en Algérie, en Espagne et au Maroc, pouvant vivre jusqu’à 180 ans, n’a donc pas besoin d’être coupé ni blessé pour qu’on puisse en extraire sa peau qui se renouvelle constamment. Bien que similaire à la tonte d’un mouton, la récolte de son écorce l’agace sûrement moins !

Excellent isolant
  La structure du liège lui confère des propriétés remarquables. En effet, ses cellules creuses, formées de 14 côtés et jointes ensemble comme les alvéoles d’une ruche, en font un matériau résistant, flexible et imperméable à l’air. « Si vous laissez tomber un objet lourd sur votre plancher et que ça fait une bosse, le liège reprendra sa forme de lui-même en dedans de 24 heures », assure Doris Nadeau, représentante pour le détaillant Sol Concept, de Rosemère.

  Mais en plus de sa beauté, il est surtout réputé pour ses propriétés isolantes, tant au niveau acoustique que thermique. C’est normal, car il est composé d’air à 50 %.

Le chêne-liège perd son écorce naturellemenet aux neufs ans.
Cette précieuse ressource renouvelable est protégée dans ses
pays méditerranéens d’origine.
Torlys
  « On conseille souvent le liège pour les murs et planchers de salles de cinéma-maison si populaires en ce moment. Le son réverbère beaucoup moins sur le liège », fait remarquer Yves Bennett de Quickstyle, un grossiste ayant des entrepôts à Montréal, Toronto et Miami. Ses propriétés acoustiques en font donc un choix très populaire dans les copropriétés. « Une feuille de liège non compressé de 3 mm d’épais bloque jusqu’à 96 décibels », affirme le poseur professionnel Alain Thériault.

  Dans la chambre à coucher, le confort du liège est inégalé. « Il n’est jamais froid et il donne l’impression d’une surface coussinée très confortable pour les pieds et les articulations », souligne Doris Nadeau. Son confort en fait également un plancher très prisé dans les sous-sols, les salles de séjour et même les halls d’entrée car il est imperméable et naturellement résistant à la moisissure, selon l’architecte vancouvérois David Rousseau, auteur du livre Environmental by Design, malheureusement épuisé en magasin.

  Le liège est aussi tout indiqué pour les lieux de travail où les gens sont debout longtemps. Il gagne en popularité notamment dans les garderies. Sa surface non glissante, plus moelleuse que d’autres revêtements et moins froide offre un avantage considérable pour les enfants qui font la sieste au niveau du sol. Par ailleurs, ses propriétés hypoallergéniques, antibactériennes, antifongiques et antistatiques accommodent bien les personnes plus sensibles.

  Le liège s’avère aussi un matériau plus sécuritaire que le bois puisqu’il est ininflammable. « Si le feu atteint le liège, ce dernier cristallisera mais ne propagera pas la flamme », soutient le propriétaire de Sol Concept, Bernard Pauzé. L’écorce de liège protège d’ailleurs l’arbre contre les intempéries, le feu et les changements de température.

Fabrication et pose
  Le couvre-plancher de liège provient du recyclage des résidus de surfaces utilisés pour fabriquer les bouchons de liège.

  Les retailles laissées entre les trous des bouchons sont d’abord pulvérisées en granules; ceux-ci sont compressés et cuits avant d’être agglomérés à l’aide de résines naturelles ou synthétiques. Il n’y a presque pas de perte. Le produit ne requiert ni teinture ni additif synthétique : sa couleur plus ou moins foncée provient des différences de température lors de la cuisson. Le liège peut être teint mais les résultats sont moins prévisibles que pour le bois. Sa densité étant inégale, la teinture ne pénétrera pas de la même façon dans chacune des tuiles. C’est pourquoi le fini naturel est conseillé. « Ça donne un aspect chaleureux, très organique, qui va aussi bien dans une chambre à coucher que dans un salon », témoigne Mme Nadeau de Sol concept.

Pour le confort et la salubrité, le liège est
incomparable dans la chambre à coucher.

Torlys
  Le plancher de liège est offert soit en tuiles, typiquement
30 cm x 30 cm x 4 mm d’épaisseur, soit en planches
ou « dalles », 30 cm x 90 cm x 10,7 mm.

  En général, les tuiles consistent en des granules agglomérés d’une épaisseur de 3 mm et d’une lamination décorative (1 mm de morceaux de liège). Quant aux planches, elles sont faites d’une âme de fibre de bois entre deux épaisseurs de liège.

  Ces couvre-planchers se vendent à partir de 2,25 $ le pied carré pour les tuiles que l’on colle et de 5 $ le pied carré pour les planches flottantes. Il faut calculer environ 2 $ le pied carré pour la pose. Sauf dans les endroits les plus passants, le liège est reverni tous les dix ans, explique Cristina Anjos de la compagnie Lusimat. Contrairement au plancher de bois, celui de liège est éternel s’il est bien entretenu. En effet, il a l’avantage de ne requérir qu’un très léger ponçage comme préparation avant d’étaler une nouvelle couche de vernis à l’eau qui sèche en quelques heures. «Il n’y a pas de poussière dans l’appartement, souligne le poseur Alain Thériault. Et lors de la pose d’un nouveau plancher, les gens peuvent marcher dessus après seulement 24 heures. »

  Les tuiles que l’on colle devraient toujours être posées par un expert. « On utilise une colle contact (à faible odeur) particulière, explique Alain Thériault : aussitôt que la tuile touche la surface, il est impossible de la déplacer. Il faut donc s’assurer que les joints soient parfaits, car sinon il faut arracher la tuile ». Ce poseur a testé et retesté maintes fois la colle et le vernis qu’il utilise. « Je vernis les tuiles, les emballe, les livre sur place 48 heures avant de les poser. Je me suis rendu compte avec l’expérience que les tuiles peuvent changer de forme dépendant de l’humidité et de la température de l’environnement où elles se trouvent. Une fois acclimatées, après deux jours, elles peuvent être posées sans problème », explique-t-il.

  Le liège peut être ciré, mais il demande alors plus d’entretien que le liège prévernis en usine, de plus en plus populaire, car il évite l’exposition aux vapeurs du polyuréthane appliqué sur chantier. Mais selon les experts, en matière de préverni, les tuiles et planches bouvetées et flottantes sont préférables aux tuiles collées dont les joints non vernis sont plus susceptibles à l’infiltration d’humidité ou d’eau qui les fait gonfler.

  D’ailleurs, pour nettoyer un plancher de liège, on conseille de simplement passer une vadrouille légèrement humide et d’éviter les dégâts liquides.

Lire la suite >>

Amorim : amorimna.com
Jon Eakes : www.joneakes.com
Environmental Building News : www.buildinggreen.com
Lusimat : (450) 444-8585 www.lusimat.ca
Quickstyle : (514) 956-9711 www.quickstyle.com
Sol Concept : (450) 965-4009 sol.concept@videotron.ca
Alain Thériault : (514) 220-5004
Torlys : (514) 731-6789 www.torlys.com

Nathalie Nolin et André Fauteux,
Magazine La Maison du 21e siècle
www.21esiecle.qc.ca

  Consultez les archives de cette chronique!

La maison des services ne se tient pas responsable des opinions émises dans ces articles. Les auteurs ont l'entière responsabilité de leur texte.Toute reproduction totale ou partielle d'articles, de photos ou graphiques est interdite. En aucune circonstance, La maison des services, ses fournisseurs ni ses auteurs ne seront responsables, directement ou indirectement, des dommages directs, indirects, spéciaux ou économiques, découlant de l'utilisation de l'information présentés sur ce site.
© La maison des services 2007


Occase.ca

Entrée | Intérieur | Extérieur | Schéma |

Merci d'ajouter ce site à vos favoris!
 
 | Commentaires | Conception Internet | Politiques | Petites annonces Occase.ca |